Retraite : Ma nouvelle vie commence ici
Épargner pour financer sa retraite
En fonction de vos projets et de vos envies lors de votre retraite, il faut penser bien en amont à financer votre retraite.
 

L’assurance vie, un des placements préférés des Français pour préparer leur retraite en 2020

L’assurance vie est un placement d’une grande importance dans le cœur des Français selon plusieurs études. En 2020, l’assurance vie était toujours le placement préféré des Français et pour près d’un tiers d’entre eux, le meilleur placement pour préparer sa retraite. Quelles sont les pratiques d’investissement de ces Français ? Pour quelles raisons ont-ils décidé d’investir ? Quel impact la crise sanitaire de la Covid-19 a eu sur leurs investissements ? Voyons leurs réponses en détails.

Les Français et l’assurance vie  en 2020 : taux, fiscalité et intérêts

Selon une étude annuelle du Cercle des Épargnants « les Français, l’épargne et la retraite » réalisée par Ipsos en 2020, c’est près de 4 Français sur 10 qui disposent d’un contrat d’assurance vie. D’ailleurs, on compte environ 31 % des Français considèrent l’assurance vie comme le meilleur produit d’épargne pour préparer sa retraite. L’assurance vie a conquis les Français pour plusieurs raisons : 

  • Des rendements plus dynamiques que ceux du Plan d’Épargne Logement ou du Livret A notamment,
  • Des placements diversifiés (fonds en euros et supports en unités de compte), 
  • Une épargne disponible à tout moment, 
  • Des avantages fiscaux en cas de rachat ou de transmission de capital au décès de l'assuré.

Quelles sont les pratiques d’investissement choisis par les Français ?

Selon une étude réalisée sur les investisseurs par l’institut CSA pour la lettre de l’observatoire de l’AMF de décembre 2020, les Français sont multi-détenteurs : parmi les personnes interrogées 88 % possèdent un PEA ou compte-titres (CT). Ils sont 85 % à détenir une assurance-vie et 34 % à détenir un plan d’épargne retraite (PER ou PERP).

Lorsqu’il s’agit d’assurance vie ou de plans épargne retraite, les Français ne fonctionnent pas tous de la même façon. Il y a ceux qui optent pour une gestion déléguée, d’autres préfèrent gérer leur épargne par eux-mêmes. En décidant de gérer par eux-mêmes, la majorité des investisseurs choisit le profil équilibré pour une prise de risque maitrisée sur les marchés financiers, tout en cherchant malgré tout, un potentiel de performances intéressant pour leur épargne. Certains épargnants gèrent leur contrat en toute autonomie car ils se sentent à l’aise dans cette pratique, d’autres le font après avoir échangé avec leur conseiller.

La gestion déléguée pour confier son épargne aux experts des marchés financiers

En effet, selon cette étude, parmi les détenteurs d’assurance vie, de PER ou de PERP en unités de compte 42% ont opté pour la gestion déléguée, c’est-à-dire que le souscripteur choisit de confier l'épargne investie à des experts des marchés financiers. Ce sont alors ces experts qui répartissent la part de votre épargne entre les supports en euros et les supports en unités de compte (UC), et en fonction du profil d'investisseur* qui aura été défini.

Parmi les épargnants qui ont choisi la gestion déléguée, 64 % ont opté pour le profil de risque “équilibré”, un peu plus risqué que le profil “prudent” préféré à 28 %, mais moins risqué que le profil “dynamique” choisi à 8 %.

La gestion libre pour gérer ses investissements soi-même

L'autre part des Français (58 %) a donc choisi la gestion libre, c’est-à-dire que le souscripteur peut gérer son épargne seul et investir comme bon lui semble sur les supports de son choix. Il peut ainsi choisir, comme l’aurait fait un expert, entre fonds en euros ou unités de compte.

Selon cette étude AMF, lorsqu’ils sont en gestion libre, les détenteurs d’assurance vie indiquent choisir le plus souvent des UC investies en actions (52 %) ou des UC diversifiées selon un niveau de risque (52 %). 25 % indiquent détenir des UC en SCPI/OPCI et 25 % également, des UC en obligations.

Si vous décidez de gérer seul votre épargne et d’investir sur les marchés financiers, veillez à bien vous informer sur les caractéristiques des différents supports en unités de compte (UC) qui vous sont proposés, de bien les sélectionner en fonction de votre stratégie d’investissement, de votre horizon de placement (court, moyen ou long terme) et de votre appétence au risque, associé au potentiel de rendement que vous souhaitez.

Quelle est la part des unités de compte dans leur contrat multisupports ?

Concernant la part des unités de compte (UC), la moitié des détenteurs de contrat d’assurance vie, de PER ou de PERP en gestion libre a investi entre 20 et 50 % en unités de compte sur leur contrat.  

Comment les détenteurs d’assurance vie gèrent-ils leur contrat ?

Selon la lettre de l'Observatoire de l'épargne de l'AMF de décembre 2020, les détenteurs de placements collectifs (comprenant les SCPI/OCPI et les unités de compte en assurance vie) suivent relativement souvent leurs investissements afin de prendre les meilleures décisions : 4 Français sur 10 le font au moins une fois par mois.

Suivre ses investissements permet de mieux les gérer : 

  • 3 détenteurs d’un contrat d’assurance vie en unités de compte sur 10 modifient assez souvent leurs investissements, 
  • 4 détenteurs d’un contrat d’assurance vie en unité de compte sur 10 modifient leurs investissements de temps en temps. 

Pour quelles raisons ces Français ont-ils décidé d’investir ?  

Selon l'étude Investisseurs CSA pour l’AMF de décembre 2020, pour 57 % des Français qui ont investi leur épargne, ils l’ont fait dans un objectif de diversification de leur épargne afin de réduire les risques de pertes de leur capital. Diversifier ses placements sur différentes solutions est en effet, une très bonne stratégie pour préserver au mieux son épargne. Obtenir un meilleur rendement pour leur épargne est pour 24 % d’entre eux, un objectif principal.

Quel impact la crise sanitaire de la Covid-19 a eu sur leurs investissements ?

Depuis le début de l’année 2020, la crise sanitaire a conduit 46 % de ces Français à modifier leurs placements soit sur les conseils de leur conseiller soit à leur propre initiative. Parmi eux 24 % ont augmenté les investissements sur des contrats qu’ils détenaient déjà et 13 % ont investi sur des nouveaux supports (actions, fonds…).

Faut-il garder son assurance vie dans les prochaines années ?

Quant à l’avenir de leur épargne investie sur les marchés financiers et l’évolution de leur situation économique et financière personnelle, la majorité des investisseurs n’ont pas d’avis tranché sur la question et un peu moins d’un tiers d’entre eux se disent sereins ou confiants.

*Le profil d’investisseur se définit en fonction de vos projets, de votre horizon de placement et de la part de risque que vous êtes prêt à assumer.