Retraite : Ma nouvelle vie commence ici
Fonctionnement du système des retraites
Le système retraite français est complexe : système par répartition, différents régimes, les trimestres, etc.
 

Prendre sa retraite dès 60 ans : qui peut y prétendre ?

Publié le 20/09/2022

L’âge légal de départ à la retraite est actuellement fixé à 62 ans. Il existe cependant des cas particuliers qui permettent de prendre sa retraite dès l’âge de 60 ans.

Retraite à 60 ans


Invalidité de catégorie 1, 2 ou 3 et retraite à 60 ans : est-ce possible ?

L’invalidité est une situation dans laquelle une personne, victime d’un accident ou d’une maladie non professionnelle, perd au minimum 2/3 de sa capacité à travailler. Les personnes classées en invalidité de catégorie 1 sont considérées comme pouvant encore exercer une activité rémunérée, tandis que celles qui se trouvent en catégorie 2 n’en ont pas la capacité. Les personnes en invalidité 3 n’ont pas la capacité d’exercer une activité rémunérée et sont dans l’obligation de recourir à une tierce personne pour effectuer les actes ordinaires de la vie courante. L’invalidité, qu’elle soit de catégorie 1, 2 ou 3, n’offre pas la possibilité de partir en retraite avant l’âge légal. En revanche, la pension de retraite au titre de l’inaptitude au travail sera versée à taux plein (50 %), quel que soit le nombre de trimestres cotisés. 

Bon à savoir : l’inaptitude au travail sera reconnue sans nouvel examen médical si vous avez été reconnu invalide avant l’âge légal de départ à la retraite.

Lire aussi : Handicap, invalidité et retraite : les dispositifs mis en place en France

Retraite à 60 ans : incapacité permanente à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle

Les personnes se trouvant en incapacité permanente d’au moins 10 % en raison d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle peuvent, sous certaines conditions, demander leur retraite à compter de 60 ans, au taux plein, quelle que soit leur durée de cotisation à l’assurance vieillesse.

Le taux d'incapacité permanente doit être reconnu à la suite d'une maladie professionnelle ou à la suite d'un accident du travail ayant entraîné des lésions identiques à celles indemnisées pour maladie professionnelle.

Bon à savoir : une incapacité permanente à la suite d’un accident de trajet n’ouvre pas le droit à une retraite anticipée.

Retraite progressive à 60 ans

La retraite progressive vous permet d'aménager votre fin de carrière en travaillant moins à partir de 60 ans, soit deux ans avant l'âge légal de départ à la retraite. La baisse de vos revenus professionnels sera compensée par le versement d'une partie de votre pension de retraite (de base et complémentaire). L'autre avantage de ce dispositif est que vous continuez d'acquérir des droits pour votre retraite. Ils seront recalculés lors de votre demande de mise en retraite définitive.

Si vous souhaitez bénéficier de ce dispositif, deux autres conditions s’ajoutent à celle de l’âge (avoir 60 ans minimum), à savoir :

  • Vous devez réunir au moins 150 trimestres, tous régimes de retraite de base confondus ;
  • Vous devez exercer une ou plusieurs activités à temps partiel compris entre 40 % et 80 % de la durée légale ou conventionnelle du travail applicable dans votre entreprise. 

Carrière longue et retraite anticipée à 60 ans

Quelles sont les conditions requises pour bénéficier du dispositif de retraite anticipée pour carrière longue ?

Pour pouvoir partir en retraite anticipée au titre d'une carrière longue dès l’âge de 60 ans, vous devez avoir cotisé pendant 5 trimestres avant la fin de l’année civile de vos 20 ans (si vous êtes né entre le mois de janvier et le mois de septembre) et seulement 4 trimestres (si vous êtes nés entre les mois d'octobre et décembre). La deuxième condition est le nombre de trimestres cotisés (tous régimes de base obligatoire confondus) en fonction de votre année de naissance. 

Combien de trimestres faut-il valider pour partir à 60 ans avec le dispositif de retraite anticipée pour carrière longue ?

Le nombre de trimestres validés et requis varie en fonction de votre année de naissance. Par exemple, si vous êtes né en :

  • 1961, 1962 ou 1963 : 168 trimestres
  • 1964, 1965 ou 1966 : 169 trimestres
  • 1967, 1968 ou 1969 : 170 trimestres
  • 1970, 1971 ou 1972 : 171 trimestres
  • À partir de 1973 : 172 trimestres

Les trimestres de retraite validés pour la durée d’assurance requise, comprennent ceux qui ont été cotisés et assimilés. Un trimestre assimilé est celui qui est validé sans qu'il ait donné lieu au prélèvement d’une cotisation retraite sur le salaire. Sachez que vous pourrez faire valoir un nombre limité de vos trimestres dits "assimilés", à savoir :

  • 4 trimestres maximum pour la période de service national ;
  • 4 trimestres maximum pour les périodes de chômage indemnisées ou d’activité partielle ;
  • 4 trimestres maximum pour les périodes de maladie ou en cas d’accident du travail ;
  • Les périodes qui ont été indemnisées au titre du congé maternité ou d’adoption ;
  • Les trimestres de majoration de durée d'assurance attribués dans le cadre du Compte Professionnel de Prévention ; 
  • 2 trimestres maximum pour les périodes de perception d’une pension d’invalidité.

Si vous pensez être éligible à une retraite anticipée pour carrière longue, vous devrez demander, dans un premier temps, à votre caisse de retraite, une attestation vis-à-vis de la retraite anticipée, en lui transmettant le formulaire de demande dédié et complété par vos soins. 

Lire aussi : Comment bénéficier de la retraite anticipée pour carrière longue ?

Peut-on partir à la retraite avant l'âge légal de départ, même avec une décote ?

En principe, vous ne pouvez pas prendre votre retraite avant l'âge légal de départ (fixé à 62 ans), même en acceptant une décote (coefficient de minoration définitif sur le montant de votre retraite). Seules peuvent prétendre à une retraite anticipée, les personnes qui se trouvent dans l’une des cinq situations suivantes :

  • Avoir eu une carrière longue ;
  • Avoir travaillé en situation d'handicap ;
  • Être atteint d’une incapacité permanente ;
  • Avoir bénéficié de l’allocation attribuée aux travailleurs de l’amiante ;
  • Avoir été exposé à un ou plusieurs facteurs de risques et utiliser les points de votre Compte Professionnel de Prévention (C2P).

Rachat de trimestres pour retraite à 60 ans

Si votre situation vous permet de bénéficier d’une retraite à l’âge de 60 ans, mais que vous manquez de trimestres pour toucher une pension à taux plein, vous pouvez procéder au rachat de ces trimestres de retraite. Cette démarche est conditionnée à des périodes ou situations particulières, à savoir :

  • En cas d’études supérieures ayant donné lieu à l’obtention d’un diplôme français et si vous avez été affilié au régime général d’assurance vieillesse dès la fin de vos études.
  • Si vous avez des années de cotisations incomplètes, à condition d’avoir été affilié au régime général durant ces années.
  • Si vous avez effectué des périodes d’apprentissage avec un contrat, entre le 1er juillet 1972 et le 31 décembre 2013, et que ces périodes n’ont pas permis de valider 4 trimestres par an.
  • Si vous avez exercé une activité d’assistant maternel, entre 1975 et 1990, et que vous n’avez pas validé 4 trimestres de retraite par an, pendant ces périodes.
  • Si vous êtes l’enfant d’un ancien harki.
Lire aussi : Le barème 2022 du rachat de trimestres de retraite identique à 2021

Départ à 60 ans : quel impact sur la retraite complémentaire ?

La pension de retraite complémentaire, des assurés affiliés à l'Agirc-Arrco, peut être minorée de 10 % pendant 3 ans, s'ils demandent leur retraite complémentaire à la date où ils obtiennent le nombre de trimestres requis pour avoir le taux plein au régime de base. Autrement dit, elle s'applique si vous ne repoussez pas d'une année, au moins, la date de votre départ par rapport à celle où vous obtenez le taux plein. Cette minoration temporaire, aussi appelée coefficient de solidarité, concerne les personnes nées à partir du 1er janvier 1957 et a pour objectif d'inciter à reculer son âge de départ à la retraite. Quoiqu'il en soit, la pension du régime complémentaire de retraite Agirc-Arrco cesse d'être minorée lorsque l'assuré atteint l'âge de 67 ans. 

Bon à savoir : cette minoration de 10 % peut être ramenée à 5 % si vous êtes assujetti à la CSG aux taux réduit (3,8 %), en raison de votre revenu fiscal de référence inscrit sur vos deux derniers avis d’imposition, au moment de votre départ à la retraite. 

A noter que, même si vous bénéficiez d’une retraite anticipée dans le cadre du dispositif de retraite anticipée pour carrière longue ou pour incapacité permanente inférieure à 20 %, cette minoration temporaire s'applique également. 

Cependant, il existe plusieurs cas d'exonération de la minoration temporaire. Sont concernés, par exemple :

  • Les retraités de plus de 67 ans ;
  • Les retraités ayant obtenu leur retraite complémentaire à taux minoré ;
  • Les retraités au titre "d'assuré handicapé" ;
  • Les retraités au titre du dispositif d'amiante ;
  • Les retraités au titre de l'inaptitude ;
  • Les retraités ayant obtenu leur retraite au titre de dispositifs particuliers permettant d’obtenir la retraite à taux plein à 65 ans ;
  • Les retraités au titre d’ancien combattant, de déporté, ou de mère de famille ouvrière ;
  • Les retraités ayant bénéficié de l’allocation de solidarité spécifique à la veille de leur retraite ;
  • Les retraités en incapacité permanente partielle de 20 % ou plus à la suite d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle ;
  • Les retraités ayant bénéficié d'une pension d'invalidité de 2ème ou 3ème catégorie ;
  • Les retraités ayant bénéficié d'une allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les retraités en retraite progressive pendant la durée de la retraite progressive ;
  • Les retraités ayant liquidé leur retraite de base et complémentaire, sans avoir le taux plein.