Retraite : Ma nouvelle vie commence ici
la famille à la retraite
La famille et la santé c'est sacré
Pour votre sérénité et leur avenir, mieux vaut prévenir que guérir

La retraite anticipée pour les travailleurs handicapés

Des dispositifs de retraite existent pour accompagner les travailleurs handicapés vers leur nouvelle vie tout comme les personnes en situation d’inaptitude ou d’invalidité . Les travailleurs handicapés ont notamment la possibilité de bénéficier d’une retraite anticipée pour partir à 55 ans. Mais qui est concerné par ce dispositif ? Quelles sont les démarches et les conditions pour partir plus tôt ? On vous dit tout !

Handicap : comment bénéficier d’un départ anticipé à la retraite ?

La quasi-totalité des régimes de retraite permettent aux travailleurs handicapés de partir à la retraite avant l’âge légal, 62 ans. Il s’agit des régimes suivants :

  • Régime général ;
  • Régime des salariés agricoles ;
  • Régimes des non-salariés agricoles ;
  • Régime des indépendants (artisan et commerçant)
  • Régime de base des professions libérales ;
  • Régime des fonctionnaires.

Le dispositif de retraite anticipée reste toutefois accessible sous certaines conditions. Si vous êtes travailleur handicapé, vous devez en effet :

  • Avoir passé la majorité de votre vie professionnelle en situation de handicap ;
  • Justifier d’un nombre minimum de trimestres validés et cotisés en fonction de votre année de naissance. 


Les conditions d’incapacité pour bénéficier de la retraite anticipée 

Justifier d’un taux d’incapacité permanente d’au moins 50% est la condition principale pour prétendre au départ à la retraite anticipée au titre du handicap. Vous devez faire reconnaître cet état d’incapacité par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Il est aussi possible de partir à la retraite avant l’âge légal en tant que travailleur handicapé, si vous avez été reconnu en tant que tel avant le 1er janvier 2016.


Le nombre de trimestres validés et cotisés 

En tant que travailleur en situation de handicap, vous devez par ailleurs justifier d’un nombre de trimestres validés et cotisés spécifiques en fonction :

  • De l’âge auquel vous souhaitez bénéficier du départ anticipé ;
  • De votre année de naissance.


 Voici un tableau récapitulatif pour mieux vous y retrouver :

Nombre de trimestres nécessaire pour partir à la retraite anticipée au titre du handicap

Le calendrier Les grandes étapes
De mai à décembre 2018 Une concertation est menée par le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye auprès des partenaires sociaux
Une consultation citoyenne est lancée via le site www.participez.reforme-retraite.gouv.fr jusqu’au 25 octobre. Les citoyens sont encouragés à « réfléchir aux différents scénarios ou alternatives » mais également à « voter, commenter, proposer de nouvelles pistes » sur des problématiques variées en lien avec la réforme des retraites
Début 2019 Une présentation officielle des grands axes de la réforme sera effectuée
Une seconde session de négociation sera organisée avec les partenaires sociaux
Un simulateur sera mis à disposition permettant d’effectuer un comparatif de vos droits à la retraite avant et après la réforme
Eté 2019 La loi sera présentée en Conseil des Ministres et sera examinée au Parlement. Pour l’instant, il n’a pas été précisé les contours de l’adoption de cette loi (par recours aux ordonnances ou via une procédure législative)
2025 Les mesures de la réforme seront progressivement déployées

Prenons l’exemple d’une personne née en 1965. Pour bénéficier d’un départ anticipé à la retraite à 58 ans, cette personne devra justifier en 2019 :

  • D’une durée d’assurance totale d’au moins 99 trimestres depuis la reconnaissance de son handicap ;
  • 79 de ces trimestres devront avoir donné lieu à des cotisations.

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) peut être perçue durant la retraite

Depuis le 1er janvier 2017, les personnes en situation de handicap qui atteignent l'âge légal de départ à la retraite (à savoir, 62 ans pour les assurés nés depuis le 1er janvier 1955) peuvent continuer à percevoir l’AAH de manière réduite en complément de leur retraite sans avoir besoin de basculer dans le dispositif ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées). 

Mais attention, cela ne vous concerne que si vous bénéficiez déjà de l’AAH et que :

  • votre taux d’incapacité est égal ou supérieur à 80% ;
  • votre pension de retraite est inférieure au montant de l’AAH.

En revanche, vous ne pourrez plus bénéficier du versement de l’AAH à partir de l’âge légal de départ à la retraite si votre taux d’incapacité est compris entre 50% et 79%. Vous devrez alors, demander à bénéficier de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA). 


À noter également que pour bénéficier de l’AAH, vous devez avoir plus de 20 ans et ne pas avoir de revenus supérieurs à un certain plafond qui diffère selon votre situation familial (seul, en couple, avec ou sans enfant).