Retraite : Ma nouvelle vie commence ici
Retraite anticipée, progressive, retardée
Arrêter de travailler plus tôt, diminuer son rythme progressivement ou au contraire retarder votre départ

Comment bénéficier de la retraite anticipée pour carrière longue ?

Vous avez commencé à travailler très jeune ? Alors sachez que vous pouvez peut-être profiter d’un départ en retraite anticipée pour carrière longue. Tout dépend de votre âge et de celui auquel vous avez commencé votre carrière. Suivez le guide.

La retraite anticipée pour carrière longue, c’est quoi ?

C’est, comme son nom l’indique, la possibilité de pouvoir prendre votre retraite à taux plein sans pour autant avoir atteint l’âge minimum légal, désormais fixé à 62 ans. La retraite anticipée pour carrière longue concerne toutes celles et ceux qui peuvent justifier d’au moins 5 trimestres cotisés avant l’âge de 16 ou 20 ans, suivant les cas (4 trimestres si vous êtes nés entre octobre et décembre). 

Tous les trimestres peuvent-ils être validés dans le cadre d’une retraite anticipée pour carrière longue ?

La comptabilisation concerne les seuls trimestres cotisés, c’est-à-dire qui ont été effectivement travaillés. Toutefois, certaines périodes non travaillées peuvent également être intégrées au calcul total, comme par exemple :

  • le service militaire,
  • les congés maternité,
  • les congés maladie, dans la limite de 4 trimestres,
  • les périodes de chômage, dans la limite de 4 trimestres,
  • les périodes d’invalidité, dans la limite de 2 trimestres,
  • les majorations de durée d’assurance du compte personnel de prévention (C2P) de la pénibilité.

Quels sont les régimes concernés par la retraite anticipée ?

  • Le régime général des salariés,
  • Le régime agricole,
  • Le régime des non-salariés, comme les professions libérales, les exploitants agricoles, les indépendants,
  • Le régime de la fonction publique,
  • Le régime des ministres du culte,
  • La plupart des régimes spéciaux,

Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre caisse de retraite… 

Comment calculer ses trimestres pour un départ à la retraite anticipé ?

Le calcul se fait sur la base de votre année de naissance, de l’âge à partir duquel vous avez commencé à travailler et de celui auquel votre départ à la retraite est envisagé. Vous trouverez forcément votre cas dans le tableau suivant :

Année de naissance Départ anticipé à partir de Début d’activité avant Nombre de trimestres validés nécessaires
1958 57 ans et 4 mois 16 ans 175
60 ans 20 ans 167
1959 57 ans et 8 mois 16 ans 175
60 ans 20 ans 167
1960 58 ans 16 ans 175
60 ans 20 ans 167
1961-1962-1963 58 ans 16 ans 176
60 ans 20 ans 168
1964-1965-1966 58 ans 16 ans 177
60 ans 20 ans 169
1967-1968-1969 58 ans 16 ans 178
60 ans 20 ans 170
1970-1971-1972 58 ans 16 ans 179
60 ans 20 ans 171
A partir de 1973 58 ans 16 ans 180
60 ans 20 ans 172

Comment demander sa retraite anticipée ?

La démarche est simple. Vous devez dans un premier temps vous assurer que tous vos trimestres ont été validés auprès de votre caisse de retraite et effectuer, le cas échéant, une demande de régularisation. Après avoir fait la demande d’une attestation auprès de votre caisse, vous pourrez alors déposer directement votre dossier en ligne. Et partir en retraite anticipée l’esprit serein et le devoir accompli…

Comment se passe le départ en retraite anticipée pour les personnes en situation de handicap, d’incapacité ou d’inaptitude ?

L’incapacité ou l’inaptitude sont, la plupart du temps, des situations temporaires qui tombent sous le régime de la sécurité sociale. Ce sont des cas qui vous permettent de valider vos trimestres normalement durant la période d’arrêt de travail. Vos droits à un départ en retraite anticipée pour carrière longue sont donc ceux du cas général. En revanche, si vous souffrez d’une incapacité permanente d’au moins 50% ou êtes reconnu travailleur handicapé, vous avez la possibilité de demander une retraite anticipée à taux normal. L’âge auquel vous aurez la possibilité de la demander dépend ici aussi de votre année de naissance ainsi que du nombre de trimestres validés depuis la reconnaissance de votre handicap, dont une part minimale doit avoir été effectivement cotisée.