Retraite : Ma nouvelle vie commence ici
Fonctionnement du système des retraites
Le système retraite français est complexe : système par répartition, différents régimes, les trimestres, etc.
 

Rupture conventionnelle : quels impacts sur la retraite ?

Publié le 14/03/2022

La rupture conventionnelle permet de mettre fin, d'un commun accord, à un contrat de travail à durée indéterminée (CDI). Elle nécessite que le salarié et l’employeur s'accordent, car elle ne peut pas être exigée par l’un ou l’autre. Elle donne droit à la perception d’une indemnité spécifique dont le régime social et l'imposition sont différents selon que le salarié ait atteint ou non l’âge de la retraite. Quelle que soit votre situation au moment de votre départ, l’indemnité de rupture conventionnelle ne peut pas être inférieure à celle qui est versée en cas de licenciement.

rupture conventionnelle et retraite


452 800, c'est le nombre de ruptures conventionnelles qui ont été homologuées au cours de l'année 2021. D'après une étude de la DARES*, cela représente une augmentation de 6,7 % des ruptures conventionnelles par rapport à l'année 2020. 

Quel effet sur la retraite en cas de rupture conventionnelle à l'âge légal de départ ?

Si vous avez atteint l’âge légal de la retraite et que vous êtes donc en droit de liquider votre pension versée par un régime obligatoire, les indemnités de rupture de contrat seront soumises intégralement aux cotisations de Sécurité sociale, à la CSG et à la CRDS. La rupture conventionnelle n’aura, dès lors, aucune incidence sur votre retraite, on vous explique pourquoi.

Prise en compte de l'indemnité de rupture conventionnelle pour ma retraite

La rupture conventionnelle suivie d'un départ à la retraite n'aura pas de conséquences sur votre future pension. En effet, vos indemnités de rupture étant soumises aux cotisations sociales, vous cotisez ainsi pour votre retraite. Si vous n'avez pas atteint le taux plein parce qu'il vous manque des trimestres, sachez que vos indemnités de rupture vous permettront de valider des trimestres supplémentaires, en contrepartie des cotisations de Sécurité sociale, de la CSG et de la CRDS.

Les effets d'une rupture conventionnelle non suivie d'un départ en retraite

Dans le cas où vous réalisez une rupture conventionnelle au cours de votre carrière, votre indemnité de rupture conventionnelle peut être exonérée de la même manière qu’une indemnité de licenciement (cotisations de Sécurité sociale et impôt sur le revenu).

Quel est l'impact sur ma retraite en cas d'exonération de cotisations sociales de l'indemnité de rupture ?

L'exonération de cotisations sociales va avoir deux impacts sur votre retraite :

  • Le fait de ne pas verser de cotisations sociales va entraîner automatiquement la non-validation de trimestres.
  • Les sommes correspondant à cette indemnité ne seront pas prises en compte dans le calcul du salaire annuel moyen qui sert de base pour déterminer le montant de la pension.

Les périodes de chômage indemnisées comptent-elles pour ma retraite ?

Après une rupture conventionnelle, le salarié peut ouvrir ses droits aux allocations chômage. Dans le cas où votre rupture conventionnelle n'est pas suivie d'un départ à la retraite, vous pouvez ouvrir vos droits à l'allocation chômage, en attendant de retrouver un emploi. La possibilité d'ouvrir ses droits à l'assurance chômage est l'un des avantages de la rupture conventionnelle. Les périodes de chômage indemnisées permettent d'assurer la continuité de votre assurance retraite. En effet, vous validez un trimestre de retraite tous les 50 jours de chômage indemnisés. 

Lire aussi : Podcast "Et si on parlait retraite ?" → Est-ce que le chômage compte pour la retraite ?

Rupture conventionnelle dans la fonction publique

La rupture conventionnelle est possible pour tout fonctionnaire titulaire ou contractuel en CDI (sous réserve qu’il n'ait pas dépassé l'âge légal de départ à la retraite, fixé à 62 ans). Elle présente les mêmes caractéristiques que pour les salariés du secteur privé (indemnisation et droit aux allocations chômage).

Quelles sont les différences entre une rupture conventionnelle et un licenciement pour motif personnel ou économique ?

Rupture conventionnelle

Une rupture conventionnelle est le résultat d’un accord entre le salarié et son employeur. Un entretien préalable à la rupture est obligatoire, l’employé peut se faire assister par un membre du personnel ou un délégué syndical. Une fois d’accord, les deux parties signent une convention de rupture conventionnelle.

Il existe également une procédure de rupture conventionnelle collective à l’initiative de l’employeur, relative au départ volontaire de plusieurs salariés au sein de l’entreprise. Elle fait toujours suite à un accord d’entreprise et à l’initiative de l’employeur. Les salariés qui le souhaitent peuvent alors demander de bénéficier de cette fin de contrat de travail à l’amiable.

Après une rupture conventionnelle, le salarié peut bénéficier des allocations chômage et l’indemnité n'est pas imposable dans les mêmes proportions que celle obtenue à la suite d’un licenciement. En revanche, si la rupture conventionnelle intervient dans le cadre d’un accord d’entreprise, l’indemnité perçue est exonérée dans sa totalité des cotisations de Sécurité sociale, de la CSG et de la CRDS.

Licenciement pour motif personnel

Contrairement à la rupture conventionnelle, le licenciement pour motif personnel a besoin d'être justifié par l'employeur. Le motif de licenciement doit reposer sur une cause réelle et sérieuse, sinon le salarié est en droit de contester son licenciement en saisissant le Conseil des Prud'hommes.

Les conséquences du licenciement varieront en fonction de la qualification retenue par l'employeur. Il y a 3 cas de licenciements pour motif personnel d'un salarié :

  • Le licenciement pour faute simple : le salarié licencié pour ce motif a droit à l'indemnité de licenciement, l'indemnité compensatrice de préavis ainsi qu'à l'indemnité de congés payés.
  • Le licenciement pour faute grave et pour faute lourde : le salarié licencié pour ces deux motifs pourra seulement bénéficier de l'indemnité compensatrice des congés payés, s'il en remplit les conditions.

Pour ces trois cas, le salarié licencié peut, s'il remplit les conditions requises, bénéficier de l'Aide au Retour à l'Emploi (ARE), plus connue sous le nom d'allocation chômage. Toute période de chômage indemnisée vous permet d'assurer la continuité de votre durée d'assurance retraite.

Licenciement économique

Cette fin de contrat de travail à durée indéterminée est à l’initiative de l’employeur. Les différentes étapes de cette procédure varient selon le nombre de salariés. Comme pour une rupture conventionnelle, le droit aux allocations chômage est ouvert.

À la différence d'un rupture conventionnelle, il peut être proposé au salarié licencié pour motif économique de signer un Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP), avec son employeur. C'est un dispositif qui a pour objectif de favoriser la reconversion du salarié. Avec le CSP, le salarié licencié bénéficie d'un accompagnement individualisé et d'une indemnité spécifique pendant 12 mois, appelée Allocation de Sécurisation Professionnelle (ASP). Cette allocation est plus élevée que l'Aide au Retour à l'Emploi (ARE) pour les salariés licenciés ayant une ancienneté supérieure à un an dans l'entreprise. Pour ceux qui auraient moins d'un an d'ancienneté, le montant de l'Allocation de Sécurisation Professionnelle ne pourra pas être inférieure à l'allocation chômage.

Autre avantage, si à la fin des 12 mois d'adhésion au Contrat de Sécurisation Professionnelle, le salarié ne retrouve pas d'emploi, il pourra ouvrir ses droits à l'allocation chômage. Dans ce cas-là, le début de l'indemnisation aura lieu sans délai de carence.

Enfin, en cas de licenciement économique et dans le cadre d'un Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE), l'entreprise peut mettre en place le dispositif de préretraite d'entreprise. Encadrée par une convention collective ou un accord collectif avec la Direction Départementale du Travail, de l'Emploi et de la Formation (DDTEPDF), elle permet à ses salariés seniors d'arrêter de travailler avant l'âge légal de départ à la retraite.

Salarié senior : faut-il choisir la rupture conventionnelle ou partir en préretraite ?

Qu'est-ce que la préretraite ?

Le dispositif de préretraite est ouvert sous certaines conditions aux salariés. Il permet de partir avant l'âge légal de départ à la retraite fixé à 62 ans, tout en percevant une rémunération jusqu'au jours de la liquidation de vos droits à la retraite. Il existe deux principaux dispositifs de préretraite :

  • La préretraite pour pénibilité qui concerne les personnes exposées à l'amiante, en situation d'handicap, d'incapacité ou ayant réalisées des travaux pénibles durant leurs carrières professionnelles.
  • La préretraite d'entreprise qui est mise en place, par l'employeur, dans le cadre d'un Plan de Sauvegarde à l'Emploi (PSE)

Salarié senior : l'avantage de la préretraite d'entreprise

La préretraite permet au salarié senior de bénéficier (sous certaines conditions) d’un revenu de remplacement jusqu’à l’âge légal de la retraite. De plus, il n’est pas tenu de justifier qu’il recherche un travail. Il continue à être payé par son employeur ou par un tiers (un assureur par exemple). Il ne perçoit donc pas d’allocation chômage. Cette procédure de « préretraite maison » est souvent mise en place par l’employeur à la suite d’un accord collectif dans le cadre d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE).

Le départ en préretraite donne droit à des indemnités de départ. En cas de départ en préretraite avec une rupture de contrat de travail, les indemnités versées sont imposables dès le premier euro dans la catégorie des traitements et des salaires. En revanche, si la rupture du contrat intervient dans le cadre d'un plan social, les indemnités de départ volontaire en préretraite sont exonérées en totalité des cotisations de Sécurité sociale, de la CSG et de la CRDS.

Comment négocier un départ anticipé à la retraite ?

Il arrive parfois que certaines entreprises souhaitent se séparer de leurs salariés proches de la retraite. Néanmoins, elles ne peuvent pas vous obliger à partir à la retraite avant vos 70 ans. Si vous êtes d’accord pour partir plus tôt, mais que vous n’avez pas encore atteint l’âge légal ou que vous n’avez pas le nombre de trimestres requis pour partir à taux plein, vous pouvez négocier certains éléments avec votre employeur, tels que le passage à temps partiel avec le dispositif de retraite progressive à partir de 60 ans, le financement du rachat de vos trimestres manquants à 62 ans, ou encore la majoration de votre indemnité de départ à la retraite.

Retraite progressive : quel intérêt de passer à temps partiel aux portes de la retraite ?

Grâce au dispositif de retraite progressive vous pourrez réduire votre temps de travail à partir de 60 ans et aménager votre fin de carrière pour prendre plus de temps pour vous. En plus de la condition d'âge à respecter, il faut justifier la validation d'au moins 150 trimestres tous régimes de retraite de base confondus. Ainsi, en fonction du rythme de travail que vous aurez convenu avec votre employeur ; entre 40 % et 80 % maximum d’un temps plein, vous percevrez une part de votre pension de retraite et l’autre part en salaire. Par exemple, si vous passez à mi-temps, votre organisme de retraite vous versera la moitié de votre retraite. Quant à votre entreprise, elle n’aura à vous verser que la moitié de votre salaire. Cela lui permettra de réduire sa masse salariale.

Ce dispositif est également intéressant pour vous, pour une autre raison : comme vous continuez à travailler, vous continuez à cotiser, donc à cumuler des droits pour votre retraite de base et votre retraite complémentaire.

Pourquoi faire racheter ses trimestres manquants par son entreprise ?

Racheter des trimestres qui vous manquent après 62 ans pour partir à la retraite à taux plein plus rapidement, c’est possible, mais cela a un coût ! En effet, plus vous rachèterez vos trimestres à l’approche de la retraite, plus ils seront chers. Par exemple, selon le barème de rachat de trimestres 2022, si vous souhaitez racheter des trimestres de retraite et que vous avez 62 ans, en fonction de l’option de rachat que vous choisissez et de votre rémunération, votre trimestre vous coûtera entre 3 383 € et 6 684 €. 

Lire aussi : Le barème 2022 du rachat de trimestres de retraite identique à 2021

Si votre employeur, vous propose de partir à la retraite, c’est le moment de lui proposer de vous financer ce rachat pour que vous puissiez partir à taux plein dès 62 ans. Attention cependant, au malus Agirc Arrco qui réduirait votre retraite complémentaire de 10 % pendant 3 ans, si vous partiez à l’âge légal à taux plein dans votre régime de base. C’est un calcul à faire !

Négocier votre indemnité de départ à la retraite

La prime de départ à la retraite est calculée au prorata du nombre d’année d’ancienneté dans l’entreprise, mais si votre départ est initié par votre employeur, vous pouvez négocier avec lui un montant plus important pour que vous puissiez vous y retrouver financièrement.

Départ à la retraite anticipée à 60 ans ou avant 60 ans

Renseignez-vous également, si vous pouvez partir avant l’âge légal de départ à la retraite en bénéficiant malgré tout, du taux plein. Il existe trois dispositifs qui permettent de partir à 60 ans ou avant 60 ans :

*Source : DARES - Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques.